Mon Enfance – Chapitre 1

D’aussi loin que je me souvienne mon enfance était agréable, je n’ai que de bons souvenirs. Mes parents étaient présents bien que mon père de par son travail, avait des semaines bien compliquées, malgré cela, il faisait toujours en sorte d’être là pour mon frère et moi. Bien sûr, pas autant qu’un père avec des horaires de bureau, ses horaires à lui étaient beaucoup plus décalés …

J’ai eu l’occasion de faire des activités mais cela s’est arrêté avec les lois qui ne favorisaient jamais les moins aisés … J’ai donc pu profiter de cours d’équitation jusqu’à ce que mon père, ouvrier, ayant eu sa paie réduite avec les 35H, ne puisse plus m’offrir cela. Ma mère avait arrêté de travailler pour nous élever donc les mois se succédaient parfois difficilement.

Je dois dire que mes parents ont toujours essayé de ne pas nous faire sentir ces problèmes d’argent, cependant on en avait bien conscience, du coup, cela nous a réellement appris la valeur de l’argent, et nous a appris à reconnaître ce qui est nécessaire et ce qui est superflu.

Parfois ces problèmes nous plongeaient tout de même tous dans un état de tristesse et d’impuissance, surtout quand les soucis s’enchaînaient avec la voiture qui tombe en panne, grosse problématique car nécessaire à mon père pour se rendre au travail, ou encore un appareil ménager qui rend l’âme comme la machine à laver avec tout un tas de linge à faire pour la famille … C’est alors qu’enfant on se dit qu’on aimerait aider ses parents et que l’on vide sa tirelire avec ces petits francs et centimes et qu’on les apporte, redonnant donc provisoirement le sourire aux parents qui eux trouvent ça mignon sur le moment mais qui bien sûr ne permet pas de régler la somme nécessaire. Mes petites pièces dans la main je suis donc repartie, déçue de ne pas avoir la somme nécessaire, pour les remettre dans ma tirelire …

Du coup, nous avons aussi été privé de vacances avec la perte d’argent, pour ma part les dernières ont été à mes 11-12ans, mais nous avons toujours assez bien profité des étés, je m’amusais avec mes amies d’enfance sauf lorsqu’elles partaient en vacances. Ma mère a bien aménagé le balcon, ce qui permettait de passer des supers moments sur celui-ci à lire, colorier ou encore jouer à des jeux de sociétés ou aux cartes. Le plus sympa c’était aussi les petits déjeuners sur le balcon, trop agréable de se réveiller et d’être au grand air pour manger dès le matin.

Donc en gros, pendant mon enfance j’étais toujours cette personne heureuse, pleine de vie, qui trouvait la vie belle et agréable malgré le fait qu’il puisse y avoir des problèmes. Passons donc à la période suivante, l’adolescence…

S’épanouir dans la recherche…

Et oui!

Je suis en train de creuser pour mon projet, consulter et lire différents livres et même si cela est fastidieux, c’est un réel plaisir.

De plus, en cherchant des indications précises cela alimente également des idées pour la rédaction. Donc n’hésitez pas à creuser même des domaines plus vastes car un simple petit détail peut vous ouvrir un flot d’idées à votre contenu.

Et aussi parfois, vous bloquer dans un certain sens mais pas dans le mauvais lol plutôt du genre « Ah! Mince! Moi qui croyait que c’était possible de s’y rendre comme cela … », et cela permet d’améliorer votre récit, d’être plus crédible, d’éviter d’y noter une erreur ou fausse information.

Mais comme l’expression le dit: L’erreur est humaine

Alors ne vous mettez pas non plus trop de pression, il faut que cela reste un plaisir, une échappatoire dans mon cas.

Bonne Lecture.

Quand il faut étudier quand on a un projet …

Et oui !

Souvent une idée émerge et l’on se dit que l’on pourrait le faire dans un univers spécifique.

Cependant si l’on n’a pas la science infuse, des heures et des heures de recherche sont nécessaires rien que pour assimiler l’univers dans lequel nous souhaitons faire évoluer nos personnages, qui ceux-là soit dit en passant ne sont pas encore créés non plus à cette étape du projet…

L’avantage c’est qu’au fur et à mesure de cette étude des idées illuminent notre esprit, permettant d’étoffer un peu plus le projet en question, ce qui est donc un bon point.

Maintenant la question que je me pose est: Est-ce que tout auteur/auteure fonctionne ainsi ? Étudier en amont un univers dans lequel nous souhaitons évoluer ?

Si vous passez par mon article, n’hésitez pas à me donner votre réponse.

Bonne lecture.

Prologue

Vide. Noir. Néant. Désespoir.

Cet état d’esprit que l’on vit quand sa propre existence part à vau-l’eau.

Ce moment où l’on se dit, mais ma vie peut-elle tomber encore plus bas ?

Et malheureusement oui …

Car nos problèmes ne sont bien sûr pas suffisants, il faut en plus se coltiner ceux des autres.

Et évidemment trop gentil trop con que l’on est, on plaint ces gens, on est malheureux pour eux et on essaye de les aider, alors qu’eux n’ont pas la plus petite idée de ce que l’on vit soi-même actuellement …

Toutes ces pensées de plus en plus sombres qui ne font qu’emplir notre esprit, ces volontés d’y mettre fin qui s’insinuent de plus en plus dans chaque fibre de notre corps.

À cette étape que faire, car l’on a besoin d’être tranquille, de pouvoir réfléchir, mais l’on sait aussi que l’on a besoin d’aide. Cette aide qui ne peut pas venir de la famille car ils ont tout autant de problèmes …

Le couple ? Encore faut-il être en couple et surtout ne pas avoir de soucis de ce côté-là sinon on s’enfonce un peu plus dans le désespoir. L’on se ressasse les moments de bonheur en se demandant comment notre couple en est arrivé à ce point de non-retour.

Les amis ? C’est là que l’on se rend compte que ce sont plus des connaissances que des amis, les vrais amis on ne les compte que sur les doigts d’une seule main … Mais ces amis en question que l’on pensait réellement proches, nous blessent aussi et c’est là que l’on sait que l’on est seul pour affronter nos problèmes, nos vieux démons, en gros tout ce qui ne va pas dans notre vie.

Les animaux de compagnie ? Alors oui, ils vont être d’un grand réconfort, d’un soutien incommensurable, nous témoignant leur plus sincère amour quand ils nous voient pleurer toutes les larmes de notre corps. Mais concrètement ils ne pourront pas nous dire comment résoudre les problèmes cependant avoir un peu d’amour dans ces moments noirs nous raccrochent quelque peu à la vie. Alors c’est là qu’il faut prier pour que rien n’arrivent à ces boules de poils débordant d’amour sinon l’on sombrerait totalement …

La foi ? Si l’on croit à un être supérieur, cela peut peut-être aider à rester les pieds sur terre, bien que, si dans un moment de grosse détresse l’on se dise que l’on veut rejoindre cet être supérieur pour mieux le servir à ses côtés, cela ne résout rien en fin de compte.

La santé ? Si vous êtes en pleine santé, c’est déjà un souci de moins, si vous ne l’êtes pas cela plombe encore plus votre état d’esprit. Cela est souvent surfait de le préciser mais la santé c’est vraiment une des plus grandes richesses que tout être vivant peut avoir.

De mon côté, j’essaye encore de comprendre comment j’ai pu en arriver là, entamons ensemble la rétrospective de ma vie …

Bienvenue sur mon Blog

Comme déjà expliqué dans la zone « À propos », j’ai besoin d’un exutoire. Je me suis donc lancée dans l’écriture car j’ai toujours voulu essayer de poser des mots sans jamais avoir osé le faire.

J’avoue avoir pensé plusieurs fois que cela aurait été génial d’avoir sa propre rubrique dans un magazine, ou d’être un auteur reconnu.

Je vais moi me contenter de ce blog qui j’espère pourra m’aider dans ces moments difficiles au quotidien.

Bonne lecture à vous tous.